Changement de licence libre pour ODOO (2/3)

Je vous avais informé en février 2015, du changement de licence libre envisagé pour ODOO v9 (AGPL vers LGPL). 

Ce changement est expliqué par l'éditeur ODOO SA sur son blog.

Je vais vous donner ici mon interprétation de cette évolution ...

Pour cela, je vais passer par différentes étapes (logiciel libre, licences libres, modèles économiques) avant d'arriver à ma conclusion.

Définition d’un logiciel libre
(source : Free Software Foundation)

Un logiciel est considéré comme libre, s'il confère à son utilisateur 4 libertés (numérotées de 0 à 3) :

  • 0- la liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages ;
  • 1- la liberté d'étudier le fonctionnement du programme et de l'adapter à ses besoins ;
  • 2- la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
  • 3- la liberté d'améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

L'accès au code source est une condition d'exercice des libertés 1 et 3.

Licence libre et Copyleft
Une licence libre permet à l'auteur du logiciel de fixer les droits et obligations de l'utilisateur (copyright) tout en lui laissant les 4 libertés précédentes (éventuellement sous condition).

Le copyleft est l'autorisation donnée par l'auteur d'un travail soumis au droit d'auteur (œuvre d'art, texte, programme informatique ou autre) d'utiliser, d'étudier, de modifier et de diffuser son œuvre, dans la mesure où cette même autorisation reste préservée (source wikipedia).

Selon Richard Stallman, "L'idée centrale du copyleft est de donner à quiconque la permission d'exécuter le programme, de le copier, de le modifier, et d'en distribuer des versions modifiées - mais pas la permission d'ajouter des restrictions de son cru. C'est ainsi que les libertés cruciales qui définissent le logiciel libre sont garanties pour quiconque en possède une copie ; elles deviennent des droits inaliénables"

Il existe une multitude de licences réparties en 3 catégories :

  • L1- licences à copyleft fort : GPL, AGPL
  • L2- licences à copyleft faible : LGPL, Mozilla ...
  • L3- licences permissives (sans copyleft) : Apache, MIT, BSD ...

Modèles économiques du logiciel libre
Il existe principalement 3 modèles économiques du logiciel libre :

  • modèle "communautaire" : Linux, Postgresql, Python, Joomla, Drupal ...
  • modèle "fondation" : Apache, Firefox, LibreOffice Tomcat, Eclipse, WordPress, Hadoop ...
  • modèle "éditeur" : Mysql, Mongodb, Elasticsearch, Sugarcrm, Alfresco, Magento, Docker, Pentaho, Vtiger, Talend, ODOO v8 ...

Le modèle "éditeur" se décompose ensuite en 3 sous-modèles :
  * E1- "double licence" : Mysql, Alfresco, Magento, Sugarcrm, Pentaho ...
  Un même logiciel est diffusé :

  • sous licence libre en "copyleft fort" pour éviter son intégration dans une offre propriétaire
  • sous licence commerciale payante pour les clients qui ne veulent/peuvent pas respecter les contraintes du copyleft

  * E2- "open-core" : Vtiger, Talend, ODOO v9 ...
Le coeur du logiciel et certains modules (appelés souvent "Community Edition") sont sous licence libre (généralement "copyleft faible") et gratuits. Des modules complémentaires ("Enterprise Edition") sont sous la même licence (ou pas) et payants.

  * E3- "open-source" : Mongodb, Docker, Elasticsearch, ODOO v1 à v8 ...
Licence libre et gratuite pour toute utilisation du logiciel.
Dans ce modèle, les revenus de l'éditeur proviennent de services autour du logiciel (support, formation, prestation, migration, Saas ...).

Pourquoi ODOO SA souhaite t-il changer de licence libre ?
Selon moi, la réponse est simple : le modèle économique actuel E3 n'est pas viable pour ODOO SA, ni surtout pour les sociétés de capital-risque qui ont souscrit en mai 2014 à l'augmentation de capital de 10M$.
Ils souhaitent donc passer au modèle économique E2 pour accroître leurs sources de revenus en commercialisant certains modules.

Or, comme nous l'avons vu précédemment, le modèle économique E2 est incompatible avec une licence L1 (copyleft fort). Il leur faut donc passer à une licence au minimum L2 (copyleft faible).

Pour arriver à ses fins, 2 problèmes se posent à ODOO SA :
1- Ne possèdant pas l'intégralité du copyright du coeur de ODOO, l'éditeur est en train de demander aux autres contributeurs de signer un CLA ("Contributor Licence Agreement") pour pouvoir changer de licence. ODOO SA assure être prêt à redévelopper dans le cadre de la v9 (en profitant de l'intégration des nouvelles API dans tous les modules), le code des contributeurs qui ne signeraient pas ce document.
Ce problème semble donc en voie de résolution ...

2- Si les nombreux modules OCA développés par la communauté devaient rester en licence AGPL, il ne serait pas possible à cause du copyleft fort de AGPL, de faire cohabiter le coeur, les modules payants et les modules OCA.
ODOO SA essaie donc de convaincre la communauté de changer la licence libre des modules OCA mais cela est une autre affaire ...

A ce stade, il y a malheureusement un risque de fork (coeur+modules payants d'un côté, coeur+modules OCA de l'autre) ... qui serait préjudiciable à toutes les parties ...

3 réflexions au sujet de « Changement de licence libre pour ODOO (2/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *